CONFORT DE DETECTION : CANNE DROITE VS CANNE EN « S »

0

La canne de détection est l’élément du détecteur de métaux auquel nous prêtons généralement le moins d’attention. Pourtant, la canne est le squelette du détecteur : elle prolonge le bras du prospecteur et lie l’utilisateur à sa monture. Son rôle principal est avant tout de maintenir l’appareil afin de réaliser un bon balayage du sol. Mais la canne de détection joue également un rôle déterminant dans le confort de détection.

On distingue deux types de cannes sur le marché qui se différencient part leurs formes et leurs ergonomies : la canne dite « droite » et la canne en « S ». On vous propose dans cet article de faire le point sur les différences majeures de ces deux types de cannes afin de vous sensibiliser sur les conséquences qu’elles génèrent sur le confort de détection et donc sur le résultat de vos sorties.

NE FAIRE QU’UN AVEC LE PROSPECTEUR

Inventée dans les années 80, la canne en « S » fait son apparition pour la première fois en Angleterre alors que la canne droite reste la plus utilisée à l’époque, faute de réflexion à son sujet. Si celle-ci a été adoptée par les fabricants sur de nombreux modèles, c’est parce que la canne en « S » offre plus de confort et d’efficacité que la canne droite.

Sa particularité : sur une canne en « S », le disque de détection est naturellement plus éloigné des pieds du prospecteur que sur une canne droite, ce qui présente de nombreux avantages.

AMÉLIORER LA POSTURE

La canne en « S » agit sur la posture du prospecteur : le disque de détection étant plus distant des pieds du prospecteur, le regard de ce dernier est ainsi légèrement plus élevé qu’à l’aide d’une simple canne droite. Une nuque suffisamment relevée pour ménager l’effort physique et favoriser une posture moins douloureuse. Un aspect qui compte beaucoup sur une sortie de plusieurs heures ! Il en va de même pour votre position face à un écran d’ordinateur : plus celui-ci est éloigné de vous et élevé du plan sur lequel il repose, plus votre nuque sera ménagée. La canne en « S » offre ainsi plus de confort au prospecteur.

OPTIMISER LE BALAYAGE

Dans le même temps, l’éloignement du disque des pieds du prospecteur augmente l’amplitude de déplacement du disque et favorise surtout la capacité du prospecteur à garder le disque bien parallèle au sol. Faites le test : vous vous apercevrez qu’avec une canne droite, en fin de balayage, vous aurez beaucoup plus facilement tendance à incliner le disque par rapport au sol que vous ne le feriez avec une canne en S. Celle-ci offre plus d’efficacité sur le terrain grâce à cet aspect qui procure un meilleur balayage.

DIMINUER LE VOLUME UNE FOIS RANGÉ

C’est le cas des cannes télescopiques. Elles permettent d’améliorer encore plus le confort d’utilisation de part leur compacité. Une canne télescopique en « S » permet de réduire considérablement le volume de l’appareil une fois rangé et facilite aussi grandement son transport. Mais, si cette canne télescopique est en plus en forme de « S », celle-ci prendra encore moins de place une fois repliée sur elle même.

LES ATOUTS D’UNE BONNE CANNE DE DETECTION

Une bonne canne se doit donc d’être pensée pour le prospecteur et non pour le détecteur. Elle s’adapte à l’anatomie de l’utilisateur, quelle que soit soit sa taille et sa force. Chacun de ses aspects doit permettre au prospecteur une prise en main confortable sur la durée, de la maison jusqu’au terrain de détection.

Voici ce que l’on peut attendre d’une bonne canne :

  • Une forme en S, préférable à la canne droite (meilleur balayage, disque parallèle au sol, meilleure position de la tête du prospecteur)

 

  • Un dispositif 100% télescopique pour offrir un réglage plus précis de la taille de la canne et favoriser le transport et le rangement du détecteur. Avec une canne télescopique le détecteur ne se démonte pas, il se plie !

 

  • Une poignée ergonomique épousant la forme de la main et l’angle du poignet du prospecteur. Idéalement en caoutchouc (plus hygiénique et plus ferme qu’une poignée en mousse). Une poignée ergonomique permet de porter naturellement l’appareil alors que la poignée d’une canne droite fait supporter l’appareil.

 

  • Un repose bras ajustable et doté d’une sangle pour un balayage totalement contrôlé et un ajustement idéal du maintient de celui-ci.

 

  • Une certaine légèreté, pour ne pas rajouter inutilement du poids au détecteur

ADOPTER UNE CANNE EN FORME DE « S »

De Garrett à Fisher, en passant par XP, Makro et les précurseurs Tesoro, White’s ou encore C-scope, la canne en « S » a été retenue par les plus grands fabricants depuis quelques années déjà.

L’une des plus élaborée à ce jour est celle du français XP, dont la canne en « S » conjugue la légèreté et la robustesse au fonctionnel, sans faire l’impasse sur le principal : l’ergonomie. Elle est la seule canne en S entièrement télescopique grâce à une spécificité brevetée très avantageuse pour le rangement : la canne coulisse dans la poignée afin de gagner encore plus de place (ce qui est d’autant plus facilité par l’absence totale de câble, autre singularité de l’appareil). C’est cette même canne qui équipe d’ailleurs l’ensemble de la gamme XP, du Déus au Gold Maxx Power sans oublier les ADX 150 et GMAXX II.

Certains fabricants, comme Minelab, oscillent malgré tout entre canne en « S » ( X-terra, Safari, Escalibur, E-trac), et canne droite (Equinox, Go-Find, CTX 3030). Nokta fait également le pari du choix, avec des modèles en « S » (Velox One, Fors Core) et des modèles dotés de cannes droites (Impact, Golden Sense).

QUEST a en revanche fait le choix unique de la canne droite (Q20, Q40, QuestPRO) , tout en pondérant avec un dispositif télescopique. 

POUR ALLER PLUS LOIN ET OPTIMISER VOTRE CONFORT DE DÉTECTION

Poids du détecteur de métaux : son impact sur vos sorties

Share.

Leave A Reply