ORPAILLAGE : QUEL MATÉRIEL UTILISER ?

0

La pratique de l’orpaillage a énormément évolué ces dernières décennies, tout comme le matériel qui lui est dédié. Pourtant, le pan ou la batée restent encore aujourd’hui, des siècles après son invention, l’accessoire indispensable de tout orpailleur ! Un outil à maîtriser, désormais complété par un arsenal d’accessoires efficaces comme sont les rampes et différents tapis proposés sur le marché.

On peut découvrir l’orpaillage avec un matériel très restreint. Un simple pan d’orpaillage (assiette creuse ou légèrement conique) suffisent à se lancer à la recherche de vos premières paillettes d’or ! Un équipement basique, certes, mais qui fonctionne depuis des siècles.
Mais l’orpailleur dispose également d’une panoplie d’outils complémentaires non négligeable : de la pompe à main, à la rampe d’orpaillage en passant par les nombreux tapis lui permettant de filtrer et retenir les paillettes, il existe bien des façons d’optimiser ses chances de faire une belle sortie. Vous allez vite vous apercevoir que les pans et batées n’arrivent finalement qu’à l’étape ultime de l’orpaillage.

Retrouvez le sommaire complet de ce dossier spécial orpaillage :
2. ORPAILLAGE : QUEL MATÉRIEL UTILISER ?

Pour bien comprendre ce dont vous aurez besoin sur le terrain, rappelons d’abord quelles sont les principales étapes de l’orpaillage :

  1.  Trouver votre rivière et le bon spot en analysant le terrain.
  2. Choisir un premier « placer » (l’un des points stratégiques dans lesquels se trouvent potentiellement des matériaux comme l’or, la ferrite ou la magnetite par exemple). Obstacle naturel sur les berges, au milieu de la rivière, failles etc… il existe une quantité de possibilités.
  3. Extraire une première couche de gravier de votre placer et la déposer dans votre pan/batée.
  4. Trier les matériaux à l’aide de votre pan/batée afin d’isoler les particules d’or.
  5. Aspirer vos paillettes à l’aide d’une pipette et les mettre à l’abri dans un flacon.

L’ÉQUIPEMENT TYPE DE L’ORPAILLEUR

VESTIAIRE

Pour profiter pleinement de votre première sortie orpaillage, il convient d’être habillé en conséquence. L’orpaillage se pratiquant en conditions humides, il est indispensable de s’équiper à minima d’une bonne paire de bottes, voire de cuissardes ou encore de waders pour n’exclure aucune zone de la rivière. En effet, mieux vous serez équipé, plus vous serez à l’aise pour évoluer dans l’eau. Certains accompagneront le tout d’une paire de gants étanches, un petit plus en terme de confort mais qui ne conviendra pas forcément à tous.

OUTILS D’EXTRACTION

Une fois votre spot trouvé, il s’agit maintenant d’extraire une partie du gravier situé à proximité de votre obstacle naturel (roche, tronc/branche d’arbre, faille, trou, marmite… ).

Pour cela, il existe plusieurs types d’outils d’extraction :

LA PELLE : la petite pelle fait bien parti des indispensables de l’orpaillage, comme en détection ! Si vous êtes détectoristes, vous avez probablement déjà chez vous une pelle de détection. Préférez un petit format comme une Draper ou une Spear and Jackson. Vous pouvez également vous tourner vers les mini-pelles en plastique : elles seront suffisantes pour vos premières sorties et sont facilement maniables.


LE PIOLET / PIOCHON : vous pouvez également ajouter à votre pelle un petit piolet afin d’aller chercher les matériaux emprisonnés sous les 5 premiers cm. En effet, selon le placer, le gravier et les matériaux lourds s’accumulent depuis longtemps et certains spots méritent une exploration un peu plus en profondeur ! Votre piolet vous aidera par ailleurs à soulever certaines pierres.


LA POMPE À MAIN : dédié à l’orpaillage, cet outil un peu particulier va vous permettre d’aller aspirer une grande quantité de gravier. Son avantage ? La précision et l’extraction en profondeur ! La pompe à main se révèle donc redoutable pour extraire des matériaux inaccessibles et potentiellement intéressants.

LES ACCESSOIRES DE TRI

Vous avez désormais dans votre pelle ou votre pompe à main un amas de gravier et différents matériaux qu’il va vous falloir trier. Il est temps de laisser la magie opérer !

Maintenant, plusieurs outils se présentent à vous :

LE PAN / LA BATÉE : le pan (ou la batée) est l’accessoire le plus commun, l’indispensable de l’équipement de l’orpailleur. Avec cette assiette, plus ou moins conique et riche en stries, vous allez être en mesure d’éloigner peu à peu les matériaux qui ne vous intéresseront pas. Pour y parvenir, déposez une petite quantité de gravier et d’eau à l’intérieur de votre pan puis commencez à effectuer prudemment un geste circulaire répétitif avec votre pan de façon à ce que l’eau atteigne les bords. Le sable, plus léger, débordera peu à peu avec l’eau et avec un peu de patience, vous éloignerez les matériaux les plus léger. C’est ainsi que l’orpailleur parvient à isoler quelques paillettes d’or ! Celle-ci restent au fond du pan, alors que le reste des matériaux sont emportés dans le mouvement circulaire de l’eau.

Pour isoler parfaitement les paillettes des autres matériaux, il faut de la patience et un bon coup de main. Mais rassurez-vous, cela vient très vite ! Afin de vous aider dans votre tâche, il existe plusieurs type de pans, de tailles et formes différentes et avec des stries plus ou moins grandes. Il existe même des pans dits  » de finition ».


Le pan se révèle donc incontournable dans votre équipement. Mais son travail est très minutieux et ne permet d’exploiter qu’une très faible quantité de gravier. Heureusement, il existe un outil capable de démultiplier vos chances d’extraire des paillettes d’or… la « rampe de lavage ».

LA RAMPE DE LAVAGE : si le pan est l’accessoire indispensable de l’orpailleur, la rampe (sluice) a elle aussi une place de choix dans son équipement ! Cet accessoire accroît considérablement le rendement de paillettes de l’orpailleur en lui permettant en une seule fois de trier une très grande quantité de gravier. Pour faire simple, une rampe vous permettra de trier l’équivalent de 10, 20, 30, 40, 50 pans selon sa taille ! Il convient donc de ne pas négliger son potentiel !

Généralement en métal, parfois en plastique, la rampe est un petit canal pourvu de petits obstacles artificiels. Ses obstacles (creux, bosses, crochets) peuvent êtres formés/moulés directement sur la rampe ou être ponctuellement fixés à l’aide d’un tapis. Aussi, une rampe peut être personnalisée avec différents tapis (en caoutchouc, silicone…), ce qui lui permet d’être polyvalente et répondre à différentes conditions de tri ! Il existe toute sorte de tapis, avec des effets différents sur le courant et les particules qui la traverse. Les rampes sont toujours pourvu d’un « cou » plus large que leur corps. Ce cou, positionné en amont de la rivière, a pour but de rétrécir le canal afin de générer une accélération du courant et un volume d’eau minimum.

La rampe de lavage doit être fixée dans la rivière, en surface, posée sur le Bedrock (lit de la rivière). Pour être fermement maintenue, on peut poser des pierres sur ses arcades. Elle doit être très légèrement immergée de façon à laisser passer un petit filet d’eau. Ainsi, elle est constamment alimentée par un courant qui va vous permettre de trier en continue les matériaux que vous aller y déposer au niveau du cou.

La rampe travaille quasiment toute seule ! La seule chose que vous avez à faire est de la charger en gravier, extrait dans une zone stratégique, potentiellement chargée en paillettes d’or. Votre expérience acquise au fil de vos prospections vous permettra de mieux reconnaître les placers, ces lieux où l’or à des chances d’avoir été emprisonné (sous/dans les graviers, derrière un obstacle…). Au fur et à mesure du filtrage, le sable et le gravier va traverser puis quitter le canal, tandis que les particules plus lourdes (ferrites, magnétite, hématite, or…) vont être piégées dans les aspérités du canal de la rampe.

Une fois que vous aurez soumis plusieurs pelles (ou un sceau) de gravier à votre rampe, vous pouvez délicatement la retirer de l’eau et vous rapprocher de la berge. Si celle-ci est pourvue d’un tapis (c’est le cas de quasiment toutes les rampes métalliques),  détachez-le délicatement et retournez-le dans un large sceau d’eau afin de ne rien perdre des particules retenues à l’intérieur. Enfin, videz peu à peu votre sceau dans votre pan et triez son contenu par des mouvements circulaire pour n’en retenir que les éléments les plus lourds. L’or étant le métal le plus lourd présent dans nos rivières, il sera fatalement le dernier à rester au fond du pan.

On ne vous recommandera donc jamais assez cette association Rampe + Pan, qui fait des merveilles et vous permettra d’obtenir à coup sûr de bons résultats !

Voici une démonstration en image du materiel d’orpaillage en compagnie de votre serviteur Melvyn et nos amis Chris Detek 34, véritable passionné d’orpaillage ainsi qu’Adri Geek notre camarade touche à tout !

SOMMAIRE DE CE DOSSIER SPÉCIAL ORPAILLAGE

2. ORPAILLAGE : QUEL MATÉRIEL UTILISER ?
Share.

Leave A Reply