10 QUESTIONS FRÉQUENTES SUR LA DÉTECTION

0

La détection vous attire ? Vous en avez entendu parler, vos amis pratiquent mais tout cela reste encore bien mystérieux pour vous. Pour vous aider à mieux comprendre ce loisir, voici une liste des interrogations les plus courantes et des réponses qui vous permettront peut-être de vous lancer !


1/  « COMMENT ÇA MARCHE ? »

Commençons par le début ! Un détecteur de métaux est un appareil conçu pour reproduire un principe physique assez simple : l’induction électromagnétique. Pour créer cet effet, le détecteur dispose d’un “disque” (situé en bas de la canne) comportant deux bobines de cuivre. La première bobine est émettrice : alimentée par un courant électrique, elle émet un champ magnétique en direction du sol. Les éventuelles particules minérales ou objets métalliques conducteurs présents dans le sol altèrent ce champs magnétique. La seconde bobine est réceptrice : elle réagit à l’onde reçue et envoie les informations à un boîtier électronique situé en haut de la canne. Le boitier analyse les informations et les convertit en temps réel sous la forme de sons caractéristiques, complétés par des indications visuelles (selon le modèle de détecteur). En interprétant ces sons et ces indications, le prospecteur peut alors déterminer la présence d’un objet métallique dans le sol, en déduire sa densité, sa profondeur et le type de métal (dans une certaine mesure).


2/ « EST-CE QU’ON TROUVE DES CHOSES ? »

En détection, on trouve de tout ! Avec près de 3 000 ans d’histoire des métaux, nos sols sont de véritables témoins du passé. Monnaies perdues ou cachées de toutes les époques, objets anciens égarés ou laissés à l’abandon, déchets métalliques contemporains en tout genre… Il est difficile d’imaginer à quel point nos sols sont pollués tant que l’on a pas mis un pied dans la détection ! Et pourtant, en sortant votre détecteur ne serait-ce qu’une heure ou deux, vous avez la garantie de repartir avec quelques monnaies et de nombreux déchets.


3/ « PEUT-ON REGLER LE DETECTEUR DE SORTE A TROUVER QUE DE L’OR ? »

La réponse à cette question est non ! Afin de comprendre la raison de cette impossibilité, une petite explication s’impose. Ces appareils s’appellent détecteurs de métaux mais en réalité ils détectent une conductivité et non un type particulier de métal. La conductivité est liée à la taille de la cible et non à sa nature !  Autrement dit, il est impossible de régler un détecteur, quel qu’il soit, de sorte à trouver que de l’or, de l’argent ou du bronze. Il est possible par contre d’éliminer certaines catégories de cibles grâce notamment au discriminateur qui équipe tous les détecteurs de métaux dignes de ce nom. On peut par exemple éliminer tous les petites cibles en fer comme les clous, les petits morceaux d’outils en fer et tout autres déchets en fer. Une fois le discriminateur réglé de sorte à éliminer les petits ferreux, vous savez que si le détecteur sonne, il s’agit de tout sauf d’un petit ferreux !


4/ « TROUVE-T-ON DES TRÉSORS FACILEMENT ? »

Tout dépend de ce que l’on entend par le terme “trésor” car en détection, on ne cherche pas de trésor : on recherche ce qui a été perdu ou caché. Aux yeux d’un prospecteur, un simple morceau d’objet ou même une simple monnaie peut représenter un véritable trésor car il aura pleinement conscience de mettre à jour, pour la première fois, un témoin du passé. Il cherchera immédiatement à en connaître son usage, son époque, la raison de sa présence dans le lieu où il l’a trouvé. Autant de questions qui font travailler l’imaginaire et permettent d’une certaine manière de voyager à travers le temps !

Si l’on parle plutôt de “trésor” au sens le plus couramment utilisé, des trésors sont effectivement trouvés quotidiennement. Mais il est bien plus courant d’en trouver sans l’usage d’un détecteur de métaux, car tout un chacun peut trouver un trésor autrement : en déracinant un arbre, en rénovant un bâtiment, en mettant de l’ordre dans une cave ou un grenier… Autrement dit, si l’on rapporte le nombre de trésors mis à jour par les quelques 150 000 prospecteurs pratiquant sur le sol français à celui des trésors découverts par les 66 millions de Français restants, la détection de métaux ne représente qu’une infime partie !

Ceci étant dit, un détecteur de métaux est sans doute l’outil le plus adapté pour éviter de passer à côté d’un trésor !


5/ « À QUELLE PROFONDEUR FAUT-IL CREUSER POUR TROUVER LES MONNAIES LES PLUS ANCIENNES ? »

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les monnaies (et toutes autres trouvailles) se situent généralement à seulement quelques centimètres de la surface du sol et ce, quelles que soient leur ancienneté ! D’ailleurs, s’il fallait creuser plusieurs mètres pour faire des trouvailles, cela fait longtemps que nos champs ressembleraient à des taupinières géantes et que la détection serait interdite !

80% des trouvailles se réalisent à moins de 15 cm de profondeur. Parfois, on les trouve même déjà en surface si bien que les plus attentifs parviennent à les repérer à l’oeil nu !

La profondeur d’une trouvaille ne dépend donc pas de son ancienneté. En effet, la terre n’est pas figée, elle “vit” et subit en permanence des perturbations qui peuvent faire varier la profondeur d’enfouissement d’une cible. Les racines, l’humus, les vers, lapins, renards (et autres fouisseurs) ainsi que l’ensemble de la vie souterraine bouleverse les premiers centimètres. De même les différentes phases de gel et de dégel des sols contribuent à déplacer les objets ou monnaies enfouies. En forêt, les tempêtes déracinent les arbres et permettent ainsi de mettre à jour facilement des cibles métalliques. Enfin, n’oubliez pas que les terres agricoles sont labourées depuis près de 150 ans. Par conséquent, à chaque labour les cibles bougent dans le sol ce qui permet de passer le détecteur chaque années au même endroit avec des résultats qui varient d’une année à l’autre !


6/ PEUT-ON DÉTECTER SOUS LA PLUIE ?

La plupart des détecteurs de métaux modernes sont « water resist », c’est à dire qu’ils sont conçus de sorte à pouvoir détecter sous une pluie fine. Mais il est malgré tout recommandé d’utiliser une housse de protection destinée à protéger le boîtier électronique contre toute intempérie et poussière.

Sur le terrain, vous constaterez que la pluie est un allié de taille car elle permet de bénéficier de performances supplémentaires. L’eau étant conducteur et le détecteur utilisant des ondes électromagnétiques, un sol mouillé permettra de mieux pénétrer le sol et d’aller plus en profondeur.


7/ « QUE DOIS-JE FAIRE EN CAS DE TROUVAILLE ? »

En France, la loi vous impose de déclarer (en mairie) toute trouvaille pouvant intéresser l’Art, l’Histoire et l’Archéologie. Pour toute autre trouvaille, vous en êtes le propriétaire à hauteur de 50% avec le propriétaire du terrain où la découverte a eu lieu. Autre cas de figure : si vous trouvez un dépôt de lingot sur votre propre terrain et que l’on ne peut prouver de lien d’affiliation avec l’ancien propriétaire de votre terrain ou tout autre personne, ce dépôt vous appartient à 100%.


 8/ « OÙ PEUT-ON DÉTECTER ? »

D’un point de vue légal, la détection est encadrée par un régime d’autorisation et non par un régime d’interdiction. Vous pouvez donc détecter partout, dès lors que vous avez l’autorisation du propriétaire du terrain et qu’il ne s’agit pas d’un site archéologique. La loi sanctionne l’intention de rechercher des objets archéologiques sans autorisation préalable des autorités compétentes.

D’un point de vue logique : le but du jeu de la détection est de chercher les lieux où il y a eu du passage et de l’activité car c’est précisément là que des objets ou monnaies ont pu être perdus ou cachées. Ex : Un ancien chemin, un cours d’eau, un jardin, etc.


9/ « EST-IL POSSIBLE DE DÉTECTER SUR MON LIEU DE VACANCES OU À L’ÉTRANGER ? »

En France oui, tant que vous vous soumettez à la loi (voir la réponse précédente). Certaines plages et régions sont néanmoins réglementées, il faut donc se renseigner auprès des mairies. D’autres sont totalement interdites en raison de la présence d’objets explosifs datant des 1ère et 2nde guerres mondiales (Normandie, Picardie). Enfin, chaque pays ayant sa propre législation, il est plus prudent de se renseigner au préalable avant d’emporter le détecteur dans ses valises. Si vous comptez détecter sur votre lieu de vacances ou transporter votre matériel de détection à l’étranger, vous retrouverez quelques conseils utiles dans cet article.


 10/ « EXISTE-T-IL DES ASSOCIATIONS OU CLUBS DE DÉTECTION ? »

Une passion ça se partage ! C’est pourquoi les prospecteurs aiment se retrouver et pratiquer la détection en groupe bien que ce ne soit pas une règle absolue. De très nombreuses associations et clubs de prospecteurs existent partout en France et derrières nos frontières ! Où que vous soyez situés, vous trouverez forcément un club régional voire départemental près de chez vous. Fréquenter d’autres prospecteurs vous aidera également à progresser plus vite et vous pourrez partager vos découvertes et vos émotions avec d’autres passionnés, ce qui est d’autant plus agréable. Vous pourrez aussi établir des contacts avec d’autres prospecteurs de votre région à travers des forums de discussion en ligne dédiés à votre situation géographique. Il est courant d’y partager ses trouvailles et de demander de l’aide pour les identifier (connaître leur usage, leur datation) ou apprendre à les restaurer pour leur rendre leur plus belle apparence.

Share.

Leave A Reply